Sunday, 30 August 2015

Have you seen or read the play La femme du boulanger by Marcel Pagnol?

Martine, French tutor with Alliance Française de Bristol, read it with a group of students. They took some of the parts and read them out loud in the lessons.


It is the story of a baker whose wife, Aurélie, has disappeared, everybody knows she has left with a good-looking, young shepherd, but the baker, le boulanger, does not want to acknowledge it. He is so upset that he can't bake anymore, he won't bake again until Aurélie is back. Everybody in the village is distraught, having no bread is no joke! They all decide that they must do everything to make Aurélie come back, so they go and look for her and her lover. They found them and she does come back.....
Hilary, one of Martine's students, wrote the story pretending to be Aurélie:

LA FEMME DU BOULANGER :
L’Histoire d’Aurélie                                                   Hilary Hagen

Je m’appelle Aurélie. Je suis la femme d’Aimable ; c’est un homme très gentil. Il est d’âge moyen – 51 ans en fait, mais quelques fois il semble  plus que ses années ; plutôt un père qu’un mari. Moi, j’ai 24 ans.

Nous sommes arrivés à la  boulangerie du village après la mort malheureuse de l’ancien boulanger (il s’est tué) et les villageois, c’est vrai, étaient  très contents de nous recevoir – ou plutôt d’être assurés de leur pain quotidien.

Aimable est bon boulanger, travailleur, consciencieux. Il se lève tôt le matin et dort souvent dans le fournil. Moi, je suis bien gâtée. Je dors bien, mon mari m’adore, et je vends le pain. Mais la vie est un peu ennuyeuse. Vraiment je ne pourrais pas supporter qu’Aimable me touche. Et il ne se plaindrait pas ! Pauvre fou.

Un jour un beau berger – Dominique – est entré dans la boulangerie pour venir chercher sa fougasse: j’étais immédiatement attirée par lui. Les yeux bleus, sa forme forte et jeune, les cheveux de gitan, noirs et sauvages. Il m’a fait frissonner… et j’avoue que les sentiments étaient réciproques !

Le soir même il s’est présenté  dans la rue directement sous la fenêtre de notre chambre. Il chantait une chanson d’amour en italien - et je savais que moi j’étais  tombée amoureuse de lui.

Le lendemain nous avons pris un rendez-vous secret à la périphérie du village. Il est arrivé à cheval, m’a soulevée en selle, comme un chevalier en armure étincelante qui vient pour sauver sa princesse, et nous nous sommes enfuis dans la lumière du petit matin.

Nous sommes arrivés au marais et avons pataugé jusqu’à une île où se trouvait une cabane pour les pêcheurs.   Pourtant nous n’étions pas des pêcheurs ; plutôt pécheurs ! 

Nous avons passé une bonne nuit d’amour bienheureuse ! Mais ça ne pouvait pas durer. Le lendemain une bande de chercheurs nous a découverts, dirigée par M l’instituteur et M le curé.  C’était le gentil prêtre qui m’a persuadée  de revenir au village avec lui, malgré la peur et la honte ! Mais il m’a raconté l’histoire de la femme adultère  dans la Bible, qui était amenée devant Jésus – et lui, il lui a pardonné  ses péchés. Cela m’a donné du courage et le désir de retourner à mon cher Aimable.

C’est une longue histoire, mais sous le couvert de la nuit je suis rentrée à la boulangerie où m’attendait un bon repas accueillant et un mari calme. Il prétendait qu’il ne savait pas ce qui est arrivé ; mais je sais bien qu’il ne comprenait que trop bien ! Pourtant il racontait une petite histoire de la méchante Pomponette – la chatte de la boulangerie -  qui avait quitté son Pompon trompé, pour revenir quand elle avait froid et faim ! Je lui ai assuré, mon chéri,  Aimable, que la méchante Pomponette ne quitterait jamais une seconde fois la boulangerie chaleureuse !

You can see the short video of the scene when Aurélie comes back, for more info...
Enrolment for the regular French lessons is starting next Saturday for Bath and for Bristol, for more info...

No comments:

Post a comment