Sunday, 28 December 2014

Do you remember La mère Noël et le facteur?

It is time for a new episode written, as usual, by Robin, our faithful student in Martine's Tuesday morning French class and performed with our Mère Noël, Maureen.
Noël is always a very stressful period for mother Christmas ( la mère Noël) and her postman ( son facteur), Robin. They could do without the inspectors from the EU, wanting them to improve their image ( leur image de marque). How are they going to get over this new obstacle? Read below:

LES CRISES DE NOEL – SIXIEME EPISODE :
L’IMAGE DE MARQUE DE NOEL
Mère Noël : Bonjour M le Facteur.  Nous voici encore une fois !   
Le Facteur : Bonjour Mère Noël. Je suis heureux de vous revoir.  Voici une lettre quémandant de l’argent.
MN : Ça commence alors.  C’est d’un fou qui habite à Bristol.  Il veut que je lui donne de l’argent parce qu’il va descendre en rappel dans la gorge de l’Avon.
LF : Nom de dieu, il doit être dingue !   
MN : Bien sûr mais pourquoi cette mauvaise mine ?
LF : Je suis perplexe. Pourquoi est-ce que tout le monde porte des insignes avec un numéro ?
MN : Leur prof, Martine, leur a donné un exercice à faire en ligne et les numéros sont leurs notes.  Il fallait trouver des erreurs de vocabulaire.
LF : Oh ça !  J’avais l’intention de le faire mais les photos des concurrentes de Miss World ont détourné mon attention.  Oh là là, il y avait de jolies pépées !  Cette Miss Cameroun… phoarr !
MN : Ça suffit M le Facteur !  Je n’aime pas cette espèce de bavardage, merci.
LF : Pardon Chef.
MN : Ça m’inquiète que le prof, Martine, ait raté plusieurs questions parce que je l’ai engagée pour enseigner les nouveaux elfes de  Roumanie. 
LF : Au moins, elle est honnête de l’avoir avoué.  Mais, à vrai dire, chaque fois que je suis à l’atelier, les elfes sont en train de rire comme des bossus. Ce n’est pas bon pour la productivité.
MN : C’est  parce qu’ils viennent d’apprendre comment prononcer « en haut ».  Maintenant, quand quelqu’un demande où se trouve quelque chose, indifférent à la vraie réponse, ils crient « en haut ! en haut ! » Puis tout le monde rit comme des fous !  Ils échappent à tout contrôle.
LF : Je vais régler ça.  Il faut leur rappeler discrètement leur bonus.  Laissez-  moi faire.
MN : Bon, parce qu’en ce moment, il y a des problèmes plus importants. 
LF : Vraiment ?
MN : Vous souvenez-vous des inspecteurs envoyés par la Commission des communautés européennes il y a un mois ?
LF : Bien sûr : les complets très chers, les déjeuners très longs et les têtes à claques !
MN : Exactement.  Je viens de recevoir leur rapport et c’est un cauchemar. Selon ces « experts », une organisation aussi grande que la fête de Noël, devrait travailler à améliorer son image de marque pour devenir « plus appropriée au vingt-et-unième siècle ».
LF : Image de marque !  Ça me fait gerber.  Oh que c’est débile !
MN : Ils veulent que nous laissions tomber « nos idées démodées » comme la générosité et la tradition d’offrir des cadeaux.  Il faut avoir une gestion plus entrepreneuriale et chercher le profit.
LF : Incroyable !  Peut être que le temps est arrivé de jeter l’éponge ?
MN : Je n’aurais jamais cru que ce moment puisse arriver mais peut être que c’est le commencement de la fin de Noël… (elle sanglote).
LF : Courage, Chef.  N’oubliez pas que nous avons fait face aux crises dans le passé : la grève des rennes, la mort du Père Noël, la menace de la ruine financière et les étudiants perdus au triangle des Bermudes...
MN : C’est vrai mon brave ; vous avez raison.
LF : Mais nous envoyer ce rapport dans notre période de très grande activité, ce n’est pas juste, c’est impardonnable.
MN : Je leur ai expliqué ça et ils ont dit que, si nous pouvions faire une chose pour améliorer notre marque, ils seraient satisfaits pour le moment.




LF : Alors, mmm… une chose…mmm…Ecoutez. J’ai une idée.  Il faut produire un journal interne, plein de bêtises et de paroles creuses.  C’est un gaspillage d’argent et de temps mais les inspecteurs vont  beaucoup aimer ça. 
MN : Formidable !  J’ai reçu un tel magazine hier de Wessex Water, c’était de la camelote. Mais nous n’avons pas le temps pour ces bêtises.
LF : Pensez Chef….  Qui nous a aidés dans le passé ?  Le Groupe de…
MN : …Mardi Matin !  Ah, c’est doux à mon oreille. Ces gens si intelligents et doués…
LF : Si pleins de ressources…
MN : Si obligeants et prêts à aider…
LF : Et ils ne coûtent rien !
MN : Oui, ils pourraient produire un magazine en un clin d’œil.
Suite la semaine prochaine....  ( Watch this space next week..)

Alliance Française de Bristol et Bath are arranging assessments now for people who want to join in January, you may like to start by doing our new test on line, for more info...

No comments:

Post a comment